cluemo.laclasse.com

 

 

Ce sont des jumeaux !
jeudi 6 décembre 2007 , par Louna Frasti
 

Cher papa,

J’ai reçu ta lettre il y a déjà un petit moment. Dès le lendemain, on est allé à Métro-fusée-city pour s’acheter nos billets. Cédric et moi, on était fou de joie. Je te raconte dans ces quelques lignes notre long voyage jusqu’à toi.

On a d’abord préparé nos bagages. Mais on avait trop d’affaires à transporter. Il nous fallait « une boîte à trou noir ». . C’est une boîte de 10 kg et 20 centimètres cube. Elle peut aspirer tous les bagages. Elle permet de les rapetisser. Ensuite, on la porte comme une valise. On a trouvé la boîte en bas de notre immeuble, cachée dans une vieille cave toute délabrée. Une vieille dame avec un œil en diamant nous a proposé un marché : 50 euros contre « une boîte à trou noir ». Notre histoire a commencé.

On est donc parti de Johannesbourg en métro-fusée. J’étais installée à l’arrière avec Cédric et on avait toutes les sensations de vitesse. Tout de suite je me suis sentie très mal et j’ai pensé que j’allais accoucher. Cédric est allé cherché de l’eau. Puis le médecin m’a tout de suite emmené dans la petite salle située à l’avant de la métro-fusée. Là j’ai pu me détendre et me reposer. Nous sommes arrivés à deux heures à Lyon.

A lyon, nous avons pris la Limousine volante. Il pleuvait des éléphants ! On croyait qu’ils allaient nous tomber dessus. Le bébé me donnait des coups de pieds dans le ventre et ça me fatiguait.

Ensuite, nous avons pris le bateau à moteur XXL. Il nous a déposé à Métropole. C’est un peu comme Disney Land. On a vu des choses très étonnantes, comme une fusée téléportative. Elle peut téléporter les gens dans le futur pendant deux à trois jours, et puis, elle les ramène dans le présent.

De Métropole, nous avons été propulsés jusqu’à Saint Etienne par une moto-canon à double canon. Le voyage était renversant ! Personne ne nous voyait tellement on allait vite.

Ensuite, nous sommes montés dans le car-fusée. C’est tellement rapide que j’ai eu à nouveau envie de vomir. J’étais toute transpirante et j’avais mal au ventre.

Arrivés à Berlin, Allemagne, nous avons pris un avion-Limousine de la compagnie Lufthansa. Notre arrivée était à Paris. Le voyage était calme et reposant. Pendant le trajet, nous avons vu de jolis paysages surtout quand nous avons survolé Frankfort. C’était magique ! C’était bien la première fois que je montais dans un avion-Limousine. Quel confort !

De Paris nous sommes montés dans une maison-voiture-fusée. C’est ici que j’ai accouché ! Tout s’est bien passé. Ca y est, tu es grand père et deux fois ! Quelle surprise ! Nous avons eu des jumeaux : un garçon et une fille. Ils s’appellent Théo et Ti-Fannie. Cédric et moi sommes très contents de nous. Je crois que tu vas apprécier nos deux petits bout’choux. Heureusement qu’on avait notre « boîte à trou noir ». Nous avions pensé à tout et pris les affaires pour le bébé ! plutôt les bébés !

Mais je me suis sentie tout à coup très fatiguée et je me suis évanouie. Je me suis mise à rêver : « Quand la porte s’est ouverte j’étais tellement heureuse que je n’arrivais plus à parler. C’est encore plus émouvant de rencontrer son père que de se marier. Je crois que c’est le plus beau jour de ma vie. Il y a plein de choses que j’ai envie de te raconter, papa. Je ne sais pas si j’aurais le temps de tout te dire. Quel beau rêve ! »

J’entendais des voies « Louna, Louna, Louna ! » et je me suis réveillée en sursaut. C’était Cédric et le docteur qui étaient là, devant moi. J’ai dit à Cédric : « Cédric, j’ai rencontré mon père dans un rêve ! » Cédric m’a demandé comment il était. Je lui ai répondu qu’il n’était pas très grand, blond aux yeux… Je ne m’en rappelais plus vraiment. Tout à coup, la maison-voiture-fusée s’est brusquement arrêtée et pafff, avec Cédric, nous nous sommes aplatis le nez contre la vitre. On aurait dit qu’un fleuve de sang sortait du nez de Cédric. Le médecin l’a soigné en moins de deux car il fallait descendre de la maison-voiture-fusée. En sortant j’ai pris un fou rire pas possible car Cédric avait l’air tellement ridicule avec ses cotons dans le nez. Ensuite nous avons pris le taxi. Puis nous avons marché 10 minutes. Et nous sommes arrivés chez toi…

On a hâte de faire connaissance avec toute la famille !

Gros bisous et à bientôt

Louna, Cédric, Théo et Ti-Fannie




Documents joints



Forum

> Répondre à cet article


    obstacles sur la chaussée
    7 décembre 2007, par Pomello Frasti

    J’entends qu’on sonne à la porte : je sursaute et je lâche mon livre : il tombe par terre sur le fil de ma lampe qui se débranche : ça s’éteint : je suis dans le noir : je ne vois rien : je cherche à tâtons l’interrupteur et je pose la main sur une araignée de grenier : noire comme la nuit : elle me pique le bout du doigt : je crie : ça re-sonne à ma porte : je souffle sur mon doigt comme si ça pouvait guérir d’un souffle : je me lève dans le noir : je me cogne la tête dans une poutre : je vois mieux : des étoiles dansent au-dessus de ma tête : je cherche mes chaussons du bout des pieds : je les trouve et les enfile : j’ouvre la porte du grenier : je descends les escaliers : je rate une marche et je déboule de haut en bas : m’étale au milieu du couloir : (trou noir) : je me réveille : ça sonne et ça sonne encore à ma porte : je me relève péniblement et je crie que j’arrive : j’arrive ! je descends encore les escaliers en pensant qu’il va falloir installer un ascenseur dans l’immeuble : je réussis à poser mon pied sur chaque marche et à descendre sans tomber : j’arrive ! il me reste encore quelques étages et je suis là ! louna ! attends-moi ! tu es bien arrivée ! je t’aime ! encore quelques étages et nous serons ensemble ! raconte une petite histoire à tes enfants... un conte de noël en attendant.. et je serai là tout de suite à la fin... promis ! aïe : je me suis cogné le doigt de pied dans une marche... faut pas que je crie si fort ou je vais encore trébucher... à toi ma chérie ! commence l’histoire et j’arrive !



 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  2007 >>  Appartement 8 >>  Ce sont des jumeaux !
Plan du site Contact