cluemo.laclasse.com

 

 

Cher père,...
vendredi 26 octobre 2007 , par Lucas Foldingue
 

Cher père,

Je m’appelle Lucas Foldingue, j’ai 23 ans.

Je vis dans un laboratoire souterrain.

Je suis scientifique et l’on me paie pour tenter des expériences.

Quand j’étais plus jeune j’"explosais" la maison du sol au plafond ; j’ai même fait brûler le beau manteau en fourrure de ma mère ; j’ai envoyé la voiture dans l’espace et elle a fini en feu d’artifice. Cela m’a coûté d’être privé de sortie pendant 8 mois

Je t’ai expliqué mon métier, maintenant je vais me décrire. Tu me reconnaîtras tout de suite avec mes lunettes blanches à essuie-glaces, mes cheveux bruns dressés sur la tête et brûlés par de nombreuses expériences ratées. Je porte des chaussures noires qui peuvent se transformer en patins à glace en cas de besoin, un pantalon, une veste et un t-shirt noircis par les explosions ( ils étaient blancs à l’origine ! ).

Au fait peux-tu me dire quelle est la taille de la baignoire dans mon futur appartement ? Il faut que je te prévienne qu’en passant devant ma porte, on risque de sentir de drôles d’odeurs à cause de mon élevage de poissons à l’ADN génétiquement modifié, ce qui leur donne trois yeux et les oblige à vivre dans la boue. As-tu le sommeil lourd car ces poissons commencent à être gros et il arrive souvent que l’un d’eux, en faisant la pirouette, atterrisse sur le plancher ?

J’attends de te rencontrer avec impatience, père.


Lucas Foldingue



Forum

> Répondre à cet article


    lucas la baraque !
    9 novembre 2007, par Sebastien Joanniez

    cher lucas,

    je reconnais bien là le caractère de ta mère, cette tête brûlée que j’avais rencontrée en pleine épidémie de peste noire, et qui tentait de fabriquer un vaccin pour les africains malades.

    au milieu des brancards, elle agitait ses flacons.

    c’est là que j’ai croisé son regard et que l’amour m’a piqué.

    elle a dû te dire que nous avons eu de belles heures en afrique, et que tu es né là-bas, mon fils.
    tu es un survivant de la peste et tu continues à chercher des solutions pour la planète.

    alors ne t’inquiète pas : la baignoire est grande, aussi grande qu’un laboratoire à savons, et ta chambre sera éloignée des insomniaques et des angoissés pour que tes poissons s’ébattent tranquilles, et que tu fasses tes expériences sans troubler le sommeil des frangins.

    maintenant, je t’attends avec impatience aussi, et j’espère que tu arriveras vite.

    raconte-moi ton voyage jusqu’ici !

    à bientôt

    pomello



 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  2007 >>  Appartement 1 >>  Cher père,...
Plan du site Contact