cluemo.laclasse.com

 

 

Dorius Mosquito à Balthazar Meringué
lundi 4 décembre 2006 , par Dorius Mosquito
 

Cher Balthazar Meringué


Je m’appelle Dorius Mosquito. Je suis dresseur de balles et dompteur de coccinelles. J’ai vingt huit ans. Je mesure un mètre soixante dix sept. Je suis blond aux yeux verts. Mes cheveux sont en pétard. Mon visage est de forme ovale comme un ballon de rugby. Je porte une moustache style Far West. Même si je ne suis pas toujours très gai, je suis toujours souriant. Je suis vêtu d’un pantalon de cuir noir, d’un tee-shirt à manches longues blanc. Je porte des mitaines noires et je suis chaussé de santiags.

Mon numéro est rarissime, extraordinaire et comique. J’essaie de dresser des balles de tennis. Mais elles ne sont pas coopératives, elles partent dans tous les sens. Je claque dans mes doigts et un bataillon de coccinelles arrive. Elles sont plus grosses que la moyenne.

Elles sont élevées dans le jardin de mon grand-père à la campagne. Leurs ancêtres ont absorbé un engrais destiné aux légumes du jardin. Elles sont à peu près de la taille d’une balle de tennis. Deux coccinelles sont nécessaires pour s’occuper d’une balle. Au son de la musique, coccinelles et balles, dansent le flamenco, du rock ou du hip-hop. Quant à moi je tape dans mes mains je fais des figures acrobatiques que je réussis plus ou moins bien.


Cher Balthazar, j’espère que je vous aurai convaincu de m’engager dans votre cirque. Il y a plusieurs mois que je n’ai pas travaillé et je m’ennuie à mourir. J’ai besoin de bouger et de gagner un peu d’argent. Je suis prêt à m’améliorer et je suis disponible pour toutes les tâches que vous aurez à me proposer. J’attends votre réponse avec impatience.


Votre dévoué Dorius Mosquito



Forum

> Répondre à cet article


    Dorius Mosquito à Balthazar Meringué
    14 décembre 2006, par Sebastien Joanniez

    Cher Dorius,

    Me voilà surpris qu’un dompteur comme vous, dresseur en plus, et de balles et de coccinelles, n’ait pas travaillé depuis si longtemps !

    Il n’y a donc pas de justice dans notre métier ? Et j’échapperais une chance pareille ? Je ne vous embaucherais pas, comme font tous mes confrères ? Je vous laisserais au chômage ? Et vos coccinelles ? A la SPA ? Et vos balles ? A la benne ? Et les millions de spectateurs qui n’attendent que vous pour s’étonner, pour rêver, pour trembler, pour rire ?

    Non ! Je ne laisserai pas passer cette chance-là !

    Je vous envoie immédiatement à Mostar où a lieu le Tournoi des Insectes ! Vous allez voir ! Des sepctacles à vous couper le souffle, des jongleurs d’araignées, des souffleurs de vers, des lancers de mouches, des pop-corns de fourmis !

    Et vous avec vos coccinelles ! Ce sera beau et grand !

    Fini le chômage et les allocations ! Vous êtes embauché !

    Racontez-moi la ville de Mostar, ses grands monuments sont-ils abîmés par la guerre ? Et ses habitants, ont-ils toujours une chanson à chanter, un violon à l’épaule, la larme qui rit dans l’oeil ?

    A bientôt !

    Balthazar Meringué



      Dorius Mosquito à Balthazar Meringué
      5 janvier 2007, par Dorius Mosquito
      réponse 2 à Balthazar

      Bonjour Balthazar

      Mes coccinelles, mes balles et moi, nous avons sauté de joie à la lecture de votre lettre. Cette nouvelle année 2007 commence bien pour nous. Nous en profitons pour vous adresser tous nos vœux. Nous ferons le maximum pour que notre collaboration soit fructueuse.

      J’ai allumé l’ordinateur et j’ai trouvé les informations suivantes sur internet. Mostar est une ville de Bosnie Herzégovine (ex république de Yougoslavie) où se côtoyaient des communautés orthodoxes, catholiques et musulmanes. Une guerre a fait rage du 1993 à1995 et la ville a été détruite à 80%. Le pont sur la Neretva qui a donné son nom à la ville ( most = pont, star = vieux ) a été détruit puis reconstruit à l’identique. Une église orthodoxe a été dynamitée. La ville est en reconstruction. Elle compte de nombreux bâtiments : des mosquées, des églises, un couvent, des tours et de nombreux lieux culturels.

      Je vais faire ma valise, remplir mes malles et je pars sur le champ à Mostar. Merci pour le billet de train que vous m’avez envoyé. Dès que je serai sur place j’irai à la rencontre des habitants. Je me rendrai au Théâtre Populaire où a lieu le tournoi des insectes. Je vous écrirai à mon arrivée.

      Dorius Mosquito

      Le prochain courrier suivra d’ici quelques jours même sans réponse de votre part.



 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  2006 >>  Bureau >>  Dorius Mosquito à Balthazar Meringué
Plan du site Contact