cluemo.laclasse.com

 

 

Un prétendu papa
vendredi 26 octobre 2007 , par Garipounar Carabidusse
 

Bonjour cher prétendu papa,


Est –ce que c’est une blague ? Pourquoi voulez-vous nous voir ? Etes-vous sûr d’être notre père ? Prouvez-le nous !


Pourquoi nous avez-vous quittés pendant toute ces années ? Pourquoi n’avez-vous laissé aucune trace de vous ? Pourquoi n’avez-vous pas envoyé de lettre à mon frère jumeau ? Comment avez-vous connu maman ?


Racontez-moi votre rencontre. Vous êtes-vous revus ? Etes-vous marié ? Pourquoi maman ne nous a pas parlé de vous ? J’ ai 45 ans, quel âge aviez vous à ma naissance ?


Où est l’immeuble ? Avez-vous prévu d’ inviter d’autres membres de la famille : avons-nous des oncles, des tantes, des cousins, des cousines ?...Connaissez-vous vos deux parents ?


Travaillez-vous ? Qu’aimez-vous faire dans la vie ? D’où venez-vous ?


Merci de me répondre.


Garipounar Carabidusse.




Documents joints



Forum

> Répondre à cet article


    méfie mon fils !
    9 novembre 2007, par Sebastien Joanniez

    garipounar,

    comme je reconnais la méfiance de ta mère, et les idées qui te traversent en questions, les éclairs qui fendent ta tête en deux, ce sont les doutes.

    elle était inquiète pareille, ta maman garipounar, sans cesse à jeter un regard dans son dos, à vérifier la serrure le soir, à fermer ses volets.
    et moi je riais, je riais parce que je n’ai pas la peur, ni du voleur ni des crimes, et je la voyais faire en riant !
    je t’emmenais dormir avec ton frère naripougar, dans la chambre rouge que j’avais peinte pour vous, et vous aviez les yeux de rêve assoupis.

    c’était beau mon petit ! et je serais bien resté là, à côté de vous, dans la campagne de sibérie où nous habitions, j’aurais bien continué à vous regarder vivre, mais ta mère a commencé à se méfier de moi aussi, à me fermer les portes à clef partout, dans la chambre et dans la cuisine, à ouvrir mon courrier, à fouiller dans mes poches...
    alors je suis parti.

    mais j’ai toujours gardé le souvenir de toi, garipounar, et de ton petit frère naripougar (tu es sorti le premier, tu es donc le plus vieux de trois minutes !), et j’ai pensé à vous toujours.

    je ne peux pas répondre à toutes tes questions : il y a des choses que je te raconterai ici, face à face, et je promets de tout te dire.

    je n’ai pas l’adresse de ton frère, mais préviens-le, qu’il vienne avec toi chez moi, chez toi, chez lui, chez nous !

    et raconte-moi ton voyage jusqu’ici !
    à bientôt.

    pomello



 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  2007 >>  Appartement 13 >>  Un prétendu papa
Plan du site Contact