cluemo.laclasse.com

 

 

Une course manquée à Hue
dimanche 18 mars 2007 , par sacha équita
 

Cher Monsieur Meringué,


J’ai bien reçu votre lettre et me suis réjouie de votre proposition.

Je suis donc partie sur le champ pour le Vietnam.

A l’aéroport Saint-Exupéry, j’ai pris un billet pour Da Nang et ai mis Equita avec d’autres chevaux dans la soute.

Dès ma sortie d’avion, je suis allée chercher Equita qui avait l’air très en forme. Il m’a ensuite fallu trouver un camion-taxi qui nous conduise à Hué, à 110 kilomètres de là.

Nous avons longé d’immenses étendues de rizières. Les gens qui y travaillaient étaient tous coiffés de chapeaux coniques en paille.

J’ai été étonnée de voir, au milieu d’une immense prairie toute rose des enfants qui jouaient avec de jeunes buffles, je ne pense pas qu’ils étaient apprivoisés.

Plus loin, c’étaient sur des escaliers que se trouvaient les plantations.

A mon arrivée à Hué, une fois finie mon installation et celle d’Equita, j’ai loué un vélo à deux dongs pour visiter la ville. J’ai été impressionnée par les embouteillages de bicyclettes aux carrefours et par les multiples lampions qui pendent aux toitures des maisons.

Sur le magnifique pont à toiture en tuile de Thanh Toun, je me suis sentie ballottée.

J’ai trouvé la Cité impériale magnifique avec ses bassins pleins de lotus fleuris. J’ai visité également le temple de Hon Chen, lieu de prière et de recueillement.

Le lendemain, je suis allée à l’hippodrome pour préparer Equita. J’ai vu les chevaux du coin, ils sont très beaux avec leur belle crinière noire, leurs guêtres blanches et leur belle robe marron.

On dirait des chevaux sauvages car ils restent en troupeau.

En rentrant sur la piste, mon cheval a pris peur à cause du public qui applaudissait. Moi-même j’avais peur car c’était ma première entrée en public.

Tout à coup, un haut-parleur a annoncé qu’un ouragan se dirigeait sur Hué et a ordonné l’évacuation.

Une fois l’ouragan "Théo" passé, nous sommes retournés à l’hippodrome qui n’était plus qu’un tas de ruines. Plus question de compétition, seulement de reconstruction dans toute la ville.



Forum

> Répondre à cet article


    du souffle !
    3 avril 2007, par Sebastien Joanniez

    chère Sacha,

    j’ai bien eu vos nouvelles et je vous demande de transmettre mes encouragements à tous ceux qui reconstruisent la belle Hue !

    vous me voyez bien triste que les spectateurs n’aient pas eu le plaisir de vous voir, au galop et virevoltante !
    j’espère que le vent ne vous a pas enlevé vos talents... et que vous irez bientôt refaire le show !

    en attendant, je vous propose de rester sur place et d’organiser une tournée dans la région : je pense que les habitants du coin ont besoin de s’évader des ruines et de l’atmosphère pesante des catastrophes naturelles.

    et c’est aussi votre rôle, mes artistes : relancer l’espoir et le sourire dans les désolations, changer le monde en fabriquant du nouveau, donner aux visages le rayon d’étoile, d’un coup de magie, d’un zeste de poésie, et avec toutes vos armes douces !

    alors prenez vos chevaux, votre Equita, et une charrette, ou le véhicule qui vous plaira, et jetez-vous sur les routes, installez votre chapiteau, dansez ! faites rire ! rêver !

    il y a sûrement des vietnamiens prêts à vous aider, des artistes locaux pour vous accompagner...

    réfléchissez et racontez-moi vos rencontres, votre paysage et vos projets.

    à bientôt
    Balthazar



      en rouge et or
      4 mai 2007, par L- ô- vent

      Cher M. Meringué,

      J’ai bien transmis, comme vous me l’aviez dit, vos encouragements aux habitants de la belle Hue. Ils vous en remercient mais beaucoup sont attristés par la perte d’un proche.
      Je ne vois plus comme avant les enfants jouer avec les bœufs dans les rizières ; il n’y a plus d’embouteillage de vélos comme avant ; malgré cela les habitants sourient chaque jour davantage, quel courage !
      J’ai pensé, comme vous, que je les aiderais mieux en leur apportant quelques distractions.
      Un groupe de Vietnamiens a accepté d’ouvrir mon spectacle par une danse traditionnelle.
      Parmi eux, il y avait deux marchands qui m’ont fourni les tissus colorés indispensables à la fabrication d’un chapiteau.
      Ainsi à l’aide de branches, de ficelles et de bras musclés, un magnifique chapiteau rouge et or a été monté sur l’emplacement de l’hippodrome.
      Le soir même, tous vêtus de rouge et or, nous avons fait une parade illuminée par des flambeaux pour faire rêver les enfants.
      Aussi deux jours plus tard, les spectateurs remplissaient les gradins que formaient quelques planches récupérées ici et là. Chaque artiste avait le trac.
      Le spectacle a commencé :
      Raymond Ratpatabal jonglait pendant que Gitou Vabien, le clown, essayait d’attraper la balle mais s’écrasait par terre où Charlotte Roulade faisait des flips, des roues, des sauts périlleux tandis que Erica Voltige traversait le chapiteau sur une corde.
      Puis mon tour est arrivé : je suis entrée en scène sur la terre nue, on voyait le coucher du soleil à travers les rideaux rouge et or de l’entrée. Un tonnerre d’applaudissements m’ a accueilli chaleureusement tandis que je faisais un tour de piste en virevoltant sur la croupe d’Equita dont le ventre s’arrondit ; je crois bien qu’elle attend un poulain.
      Le clou du spectacle a suivi ma prestation : les frères Métalliques pirouettaient dans une énorme boule d’acier suspendue par une chaîne et lancée à toute vitesse. La voir tourner donnait mal au cœur et chacun criait de peur que la chaîne ne casse provoquant leur chute.
      Nous avons fini la représentation, pleine de gaieté, de chaleur et de couleur, par une immense pyramide humaine.

      Et même si les dégâts que l’ouragan a causés sont toujours présents, notre petit cirque improvisé a bien diverti, pour quelques heures, les habitants de Hue.



 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  2006 >>  Hue >>  Une course manquée à Hue
Plan du site Contact