cluemo.laclasse.com


 

 

pensées de poisson
lundi 5 janvier 2009 , par possession
 

A Titan magazine,


Je suis heureux que vous m’ayez accueilli. Je ne suis pas un super-caméléon, juste un super-humain. Ce n’est pas toujours facile d’entrer dans le corps d’un animal car certains ont des prédateurs redoutables ( honnêtement, je préfère avoir deux jambes qu’une queue de poisson pour fuir le danger).


Un poisson d’aquarium s’ennuie et ne pense qu’à manger et dormir et… à ne pas se faire dévorer par le chat !

Les poissons d’aquarium trouvent les humains très bizarres et se demandent :

« Gloup ! Gloup ! C’est quoi cette chose qui m’empêche d’aller plus loin ? Ne pourrais-je pas sauter par-dessus ? »

Ainsi je vais vous raconter l’histoire d’un jeune poisson de bocal dans le corps duquel j’ai pénétré pour connaître ses pensées.

« Papa ! Maman ! Pourquoi ne peut-on pas tout faire comme les humains ?

-  Parce que nous sommes des poissons et vivons dans l’eau. »

Mais le petit poisson n’était pas prêt à abandonner.

Le lendemain, il se leva tôt pour mieux observer les humains de la maison.

Toute la matinée, il les regarda se brosser les dents, se laver, déjeuner…

Et l’après-midi, il passa à l’action : il disposa en deux lignes bien parallèles les cailloux du fond de son bocal ; puis entre elles, il coinça un élastique qu’on y avait balancé. Il se colla à lui, tira et partit à toute vitesse pour atterrir sur la table de la salle à manger.

Heureusement son petit maître l’aperçut en train d’asphyxier et le remit à l’eau.

C’est ainsi qu’il réalisa la vérité : il lui était impossible de respirer hors de l’eau.


Les poissons de lac pensent surtout à ne pas être mangés par les brochets ou pêchés par les hommes ( prédateurs au plus haut de l’échelle ). Ils évitent avec soin les faux-frères aux écailles orange, à la queue bleue, aux yeux marron, porteurs d’hameçons qui chatouillent leurs écailles.

« Attention ! Fuyons ! Nage, nage, fiston ! »

Par contre ils aiment bien jouer à cache-cache dans les roseaux. Les petits font des concours d’attrape-moucherons. Ils adorent suivre le courant puis le remonter comme les petits humains, dans la neige, sur leur luge.


Comme nous, les poissons connaissent donc joie et peine.


Ainsi, un jour, je me suis retrouvé dans le corps d’un poisson de la Mer Méditerranée, une mère poisson-clown qui ne faisait plus marrer ses compagnons des petites algues vertes ; son compagnon avait disparu à tout jamais.

Il était allé chercher de la nourriture pour sa nombreuse famille chez le maraîcher « Algues rouges » et le boucher « Anémone verte ». Mais au retour, pris dans un tourbillon, il avait dû traverser le « village meurtrier », domaine des requins marteaux qui l’avaient dévoré.


Ma plus grande aventure reste celle que j’ai vécue en plongeant au plus profond de l’Océan Atantique.

J’y ai découvert le peuple des abîmes dont les demeures sont menacées par les plates-formes pétrolières.

J’ai chevauché un hippocampe. J’ai joué au morpion des thons, aux échecs des sardines, à la playpoisson 7, à la nitendo des 3 maquereaux.

J’ai fini la soirée au bar des truites.

Puis j’ai dit adieu au peuple des abîmes en lui promettant de tout faire pour exaucer son vœu le plus cher : la disparition des plates-formes meurtrières.



Forum

> Répondre à cet article


    poisson qui danse
    13 janvier 2009, par Sebastien Joanniez

    Possession cher,

    quel bonheur d’entrer dans votre univers qui change et de peaux d’écailles en poils de terre, nous voyageons avec vous !

    avez-vous vu l’invitation postée par Tuba : à Carnaval !!

    pour vous plein de transformations, c’est l’occasion rêvée !

    quel est votre costume ?

    et quelle est votre chanson ?

    à bientôt !



 
 
ACCUEIL >>  Travail en cours >>  Possession >>  pensées de poisson
Plan du site Contact